top of page

Justice politique : le Conseil d'État confirme la dissolution de l'Alvarium

Communiqué de l'Alvarium après la confirmation de la dissolution de l'association par le Conseil d'Etat :


« Nous apprenons à l'instant la confirmation de notre dissolution par le Conseil d'Etat, tandis que malgré des violences nombreuses et avérées les Soulèvements de la Terre obtiennent gain de cause. Jusqu'alors discrets sur la procédure qui s'est déroulée depuis 2 ans, nous reviendrons prochainement en détails sur ce simulacre de Justice qui foule aux pieds l'Etat de droit dont se réclame sans cesse le régime.


Lors de la première audience en septembre 2022, le rapporteur public concluait à l'annulation du décret de Gérald Darmanin. Point par point, il réfutait que l'Alvarium était une organisation commettant des provocations incitant à la haine ou à la violence justifiant sa dissolution.

De manière rarissime, une note en délibéré du Gouvernement n'ajoutant rien de nouveau au dossier avait provoqué une seconde instruction. Et là, comme par miracle, le même rapporteur public a conclu en octobre 2023 à la validité du décret de Darmanin, se basant sur une "note des services de renseignement" à laquelle la défense n'a pas eu accès ; en bon français on appelle cela céder à une pression politique.


La décision du Conseil d'Etat publiée ce jour ne vise ni le contenu de la première audience, ni la note en délibéré, ni la note de renseignement : rien. Elle se contente de dire que notre dénonciation de l'immigration "excède les limites de la liberté d'expression politique" alors que lors de son existence aucun communiqué de l'Alvarium ni aucune campagne n'ont donné lieu à une quelconque condamnation. En clair, c'est la dénonciation du lien (fait par Darmanin lui-même !) entre immigration et insécurité qui est ici criminalisée. Décrire le réel est officiellement interdit. Demain la dissolution du RN, de Reconquête, et même du parti présidentiel ?


Cette grave dérive liberticide confirme que le pouvoir macronien ne tolère aucune contestation en dehors des violences caricaturales de l'extrême-gauche et de la mascarade électorale à laquelle 1 français sur 2 refuse désormais de participer.


Le silence des partis patriotes censés nous représenter démontre leur soumission inconditionnelle au politiquement correct et leur mépris des français. Qu'ils prennent garde : les motifs invoqués pour notre dissolution pourront être utilisés demain contre eux.


Dans les jours à venir, la communauté de l'Alvarium se réunira pour décider des suites politiques, pécuniaires et judiciaires à donner à cette décision inique. »

39 vues0 commentaire

Komentarze


bottom of page